Vu sur :

Les Européens hors jeu

 Ukraine, pourquoi la crise

 

Alors qu’ils s’alarment d’une montée des tensions en Ukraine, les Européens sont les grands absents des négociations ouvertes entre Moscou et Washington. En s’alignant sur les États-Unis, Paris et Berlin ont poussé la Russie à traiter directement avec ces derniers. Et laissé le Vieux Continent redevenir un terrain d’affrontement entre les deux puissances.

par David Teurtrie 

 

Les bruits de bottes aux portes de l’Europe affolent les chancelleries occidentales. Pour tenter d’obtenir des garanties relatives à la protection de son intégrité territoriale, la Russie a présenté aux Américains deux projets de traité visant à réformer l’architecture de sécurité en Europe, tout en massant des troupes à la frontière ukrainienne. Moscou exige un gel officiel de l’élargissement de l’Organisation du traité de l’Atlantique nord (OTAN) à l’est, le retrait des troupes occidentales des pays d’Europe orientale et le rapatriement des armes nucléaires américaines déployées en Europe. Ne pouvant être satisfaites en l’état, ces demandes en forme d’ultimatum laissent peser la menace d’une intervention militaire russe en Ukraine.

 

Deux interprétations s’opposent. Pour les uns, Moscou fait monter les enchères afin d’obtenir des concessions de la part de Washington et des Européens. D’autres au contraire estiment que le Kremlin veut pouvoir prétexter d’une fin de non-recevoir pour justifier un passage à l’acte en Ukraine. Dans tous les cas, la question se pose du moment choisi par Moscou pour engager ce rapport de forces. Pourquoi jouer ce jeu risqué, et pourquoi maintenant ?

 

Depuis 2014, les autorités russes ont considérablement accru la capacité de leur économie à surmonter un choc grave, tout particulièrement pour le secteur bancaire et financier. La part du dollar a chuté dans les réserves de la banque centrale. Une carte de paiement nationale, Mir, se trouve aujourd’hui dans le porte-monnaie de 87 % de la population. Et, si les États-Unis mettaient à exécution leur menace de déconnecter la Russie du système occidental Swift, comme ils l’ont fait pour l’Iran en 2012 et 2018, les transferts financiers entre banques et entreprises russes pourraient désormais s’effectuer par une messagerie locale. La Russie se sent donc mieux armée pour faire face à des sanctions sévères en cas de conflit.

 

D’autre part, la précédente mobilisation de l’armée russe aux frontières ukrainiennes, au printemps 2021, a débouché sur la relance du dialogue russo-américain sur les questions stratégiques et de cybersécurité. Cette fois encore, le Kremlin a manifestement jugé que la stratégie de la tension constituait le seul moyen de se faire entendre des Occidentaux et que la nouvelle administration américaine serait prête à faire plus de concessions afin de se concentrer sur la confrontation croissante avec Pékin.

 

Or M. Vladimir Poutine semble vouloir mettre un coup d’arrêt à ce qu’il désigne comme le projet occidental de transformation de l’Ukraine en une « anti-Russie » nationaliste (1). En effet, il comptait sur les accords de Minsk, signés en septembre 2014, pour obtenir un droit de regard sur la politique ukrainienne par l’intermédiaire des républiques du Donbass. C’est tout l’inverse qui s’est produit : non seulement leur application est au point mort, mais le président Volodymyr Zelensky, dont l’élection en avril 2019 avait donné l’espoir au Kremlin de renouer avec Kiev, a amplifié la politique de rupture avec le « monde russe » engagée par son prédécesseur. Pis, la coopération militaro-technique entre l’Ukraine et l’OTAN ne cesse de s’intensifier, tandis que la Turquie, elle-même membre de l’Alliance, a livré des drones de combat qui font craindre au Kremlin que Kiev ne soit tenté par une reconquête militaire du Donbass. Il s’agirait donc, pour Moscou, de reprendre l’initiative quand il en est encore temps. Mais, au-delà des facteurs conjoncturels à l’origine des tensions actuelles, force est de constater que la Russie ne fait que réactualiser des demandes qu’elle ne cesse de formuler depuis la fin de la guerre froide sans que l’Occident les considère comme acceptables, ou même légitimes.

 

Le malentendu remonte à l’effondrement du bloc communiste en 1991. En toute logique, la disparition du pacte de Varsovie aurait dû conduire à la dissolution de l’OTAN, créée pour faire face à la « menace soviétique ». Il convenait de proposer de nouveaux formats d’intégration pour cette « autre Europe » qui aspirait à se rapprocher de l’Occident. Le moment paraissait d’autant plus opportun que les élites russes, qui n’avaient sans doute jamais été aussi pro-occidentales, avaient accepté la liquidation de leur empire sans combattre (2). Pourtant, les propositions en ce sens, formulées notamment par la France, furent enterrées sous la pression de Washington. N’ayant pas l’intention de se faire voler leur « victoire » face à Moscou, les États-Unis poussent alors à l’élargissement vers l’est des structures euro-atlantiques héritées de la guerre froide afin de consolider leur domination en Europe. Pour ce faire, ils disposent d’un allié de poids, l’Allemagne, désireuse de reprendre son ascendant sur la Mitteleuropa.

 

Violation du droit international

 

Dès 1997, l’élargissement de l’OTAN à l’est est acté alors que les responsables occidentaux avaient promis à M. Mikhaïl Gorbatchev qu’il n’en serait rien (3). Aux États-Unis, des personnalités de premier plan font part de leur désaccord. George Kennan, considéré comme l’architecte de la politique d’endiguement de l’URSS, prédit les conséquences aussi logiques que néfastes d’une telle décision : « L’élargissement de l’OTAN serait la plus fatale erreur de la politique américaine depuis la fin de la guerre froide. On peut s’attendre à ce que cette décision attise les tendances nationalistes, antioccidentales et militaristes de l’opinion publique russe ; qu’elle relance une atmosphère de guerre froide dans les relations Est-Ouest et oriente la politique étrangère russe dans une direction qui ne correspondra vraiment pas à nos souhaits (4).  »

 

En 1999, l’OTAN, qui fête son cinquantenaire en grande pompe, effectue son premier élargissement à l’est (Hongrie, Pologne et République tchèque) et annonce la poursuite du processus jusqu’aux frontières russes. Surtout, l’Alliance atlantique entre simultanément en guerre contre la Yougoslavie, ce qui transforme l’organisation d’un bloc défensif en une alliance offensive, le tout en violation du droit international. La guerre contre Belgrade est menée sans l’aval de l’Organisation des Nations unies (ONU), empêchant Moscou d’utiliser l’un des derniers instruments de puissance qui lui restent — son droit de veto au Conseil de sécurité. Les élites russes, qui ont tant misé sur l’intégration de leur pays à l’Occident, se sentent trahies : la Russie, alors présidée par Boris Eltsine, qui avait œuvré à l’implosion de l’URSS, ne se voit pas traitée comme un partenaire qu’il faut récompenser pour sa contribution à la fin du système communiste, mais comme le grand perdant de la guerre froide, qui doit en payer le prix géopolitique.

 

Paradoxalement, l’arrivée au pouvoir de M. Poutine l’année suivante correspond plutôt à une période de stabilisation des relations entre la Russie et les Occidentaux. Le nouveau président russe multiplie les gestes de bonne volonté en direction de Washington après les attentats du 11 septembre 2001. Il accepte l’installation provisoire de bases américaines en Asie centrale et ordonne, à la même époque, la fermeture des bases héritées de l’URSS à Cuba, ainsi que le retrait des soldats russes présents au Kosovo. En échange, la Russie souhaite faire accepter par les Occidentaux l’idée que l’espace postsoviétique, qu’elle définit comme son étranger proche, relève de sa sphère de responsabilité. Mais, alors que les relations avec l’Europe sont plutôt bonnes, notamment avec la France et l’Allemagne, les éléments d’incompréhension s’accumulent avec les États-Unis. En 2003, l’invasion de l’Irak par les troupes américaines sans l’aval de l’ONU constitue une nouvelle violation du droit international, dénoncée de concert par Paris, Berlin et Moscou. Cette opposition commune des trois principales puissances du continent européen confirme les craintes de Washington des risques qu’un rapprochement russo-européen ferait peser sur l’hégémonie américaine.

 

Dans les années qui suivent, les États-Unis annoncent leur intention d’installer des éléments de leur bouclier antimissile en Europe de l’Est, ce qui contrevient à l’acte fondateur Russie-OTAN (signé en 1997) garantissant à Moscou que les Occidentaux n’installeraient pas de nouvelles infrastructures militaires permanentes. Par ailleurs, Washington remet en cause les accords de désarmement nucléaire : les États-Unis se retirent du traité Anti-Ballistic Missile (ABM, 1972) en décembre 2001.

 

Crainte légitime ou complexe obsidional, les « révolutions de couleur » dans l’espace postsoviétique sont perçues à Moscou comme des opérations destinées à installer des régimes pro-occidentaux à ses portes. De fait, en avril 2008, Washington exerce une forte pression sur ses alliés européens afin d’entériner la vocation de la Géorgie et de l’Ukraine à intégrer l’OTAN, alors même que la grande majorité des Ukrainiens est alors opposée à une telle adhésion. Dans le même temps, les États-Unis poussent à la reconnaissance de l’indépendance du Kosovo, ce qui constitue une nouvelle violation du droit international, puisqu’il s’agit alors juridiquement d’une province serbe.

 

Les Occidentaux ayant ouvert la boîte de Pandore de l’interventionnisme et de la remise en cause de l’intangibilité des frontières sur le continent européen, la Russie leur répond en intervenant militairement en Géorgie en 2008, puis en reconnaissant l’indépendance de l’Ossétie du Sud et de l’Abkhazie. Ce faisant, le Kremlin signale qu’il fera tout pour empêcher un nouvel élargissement de l’OTAN vers l’est. Mais, en remettant en cause l’intégrité territoriale de la Géorgie, la Russie viole à son tour le droit international.

 

Le ressentiment russe atteint un point de non-retour avec la crise ukrainienne. Fin 2013, Européens et Américains apportent leur soutien aux manifestations qui aboutissent au renversement du président Viktor Ianoukovitch, dont l’élection en 2010 a pourtant été reconnue comme répondant aux standards démocratiques. Pour Moscou, les Occidentaux ont soutenu un coup d’État afin d’obtenir coûte que coûte le rattachement de l’Ukraine au camp occidental. Dès lors, les ingérences russes en Ukraine — annexion de la Crimée et soutien militaire officieux aux séparatistes du Donbass — sont présentées par le Kremlin comme une réponse légitime au coup de force pro-occidental à Kiev. Les capitales occidentales dénoncent quant à elles une remise en cause sans précédent de l’ordre international de l’après-guerre froide.

 

Les accords de Minsk, signés en septembre 2014, donnent l’occasion à la France et à l’Allemagne de reprendre la main afin de trouver une solution négociée aux hostilités dans le Donbass. Il aura fallu le déclenchement d’un conflit armé sur le continent pour que Paris et Berlin sortent de leur passivité. Mais, sept ans plus tard, le processus s’est enlisé. Kiev continue de refuser l’octroi d’une autonomie au Donbass, comme le prévoit le texte. Devant l’absence de réaction de Paris et de Berlin, accusés de s’aligner sur les positions ukrainiennes, le Kremlin cherche à négocier directement avec les Américains, en lesquels il voit les véritables parrains de Kiev. De la même manière, Moscou s’est étonné que les Européens acceptent sans réagir toutes les initiatives américaines, même les plus contestables. Ainsi du retrait de Washington du traité sur les forces nucléaires intermédiaires (FNI) en février 2019, qui aurait dû susciter leur opposition vu qu’ils sont potentiellement les premières cibles de ce type d’armement. Selon la chercheuse Isabelle Facon, la Russie « estime avec constance, et un agacement perceptible, que les pays européens sont irrémédiablement incapables d’autonomie stratégique à l’égard des États-Unis et qu’ils refusent de prendre leurs responsabilités face à la dégradation de la situation stratégique et internationale (5) ».

 

Suivisme atlantiste

 

Plus étonnant encore : quand Russes et Américains reprennent langue sur les questions stratégiques, avec la prolongation pour cinq ans du traité de réduction des armes nucléaires New Start, suivie du sommet Biden-Poutine de juin 2021, l’Union européenne, loin de pousser dans le sens d’une détente avec Moscou, rejette le principe d’une rencontre avec le président russe. Pour la Pologne, qui a torpillé avec d’autres cette initiative, « cela [aurait valorisé] le président Vladimir Poutine au lieu de punir une politique agressive (6)  ». Ce refus du dialogue tranche avec l’attitude des Européens à l’égard de l’autre grand voisin de l’Union européenne qu’est la Turquie : en dépit de son activisme militaire (occupation du nord de Chypre et d’une partie du territoire syrien, envoi de troupes en Irak, en Libye et dans le Caucase), le régime autoritaire de M. Recep Tayyip Erdoğan, par ailleurs allié de Kiev, n’est l’objet d’aucune sanction. Dans le cas de la Russie, au contraire, les Européens n’ont d’autre politique que de menacer régulièrement d’un nouveau train de mesures restrictives, en fonction des agissements du Kremlin. Quant à l’Ukraine, ils en sont réduits à répéter la doxa otanienne de la porte ouverte, alors même que les grandes capitales européennes, Paris et Berlin en tête, ont fait part de leur opposition dans le passé et qu’elles n’ont, au fond, aucune intention d’intégrer l’Ukraine à leur alliance militaire.

 

La crise dans les relations russo-occidentales démontre que la sécurité du continent européen ne peut être assurée sans — et a fortiori contre — la Russie. Washington s’emploie au contraire à favoriser cette exclusion puisqu’elle renforce l’hégémonie américaine en Europe. De leur côté, les Européens de l’Ouest, au premier rang desquels la France, ont manqué de vision et de courage politique pour bloquer les initiatives les plus provocatrices de Washington et proposer un cadre institutionnel inclusif permettant d’éviter la réapparition de lignes de fracture sur le continent. Résultat de ce suivisme atlantiste, Français et Européens sont malmenés par les États-Unis. Le retrait non concerté d’Afghanistan comme la mise en place d’une alliance militaire dans le Pacifique sans l’aval de Paris sont les derniers épisodes en date de cette désinvolture. Les Européens observent désormais en spectateurs les tractations russo-américaines sur la sécurité du Vieux Continent, sur fond de menaces de guerre en Ukraine.

 

David Teurtrie

 

Chercheur associé à l’Institut national des langues et civilisations orientales (Inalco), auteur de Russie. Le retour de la puissance, Armand Colin, Malakoff, 2021.

 

(1Cf. Vladimir Poutine, « Sur l’unité historique des Russes et des Ukrainiens », site de l’ambassade de la Fédération de Russie de France, 12 juillet 2021.

 

(2) Lire Hélène Richard, « Quand la Russie rêvait d’Europe », Le Monde diplomatique, septembre 2018.

 

(3) Lire Philippe Descamps, « “L’OTAN ne s’étendra pas d’un pouce vers l’est” », Le Monde diplomatique, septembre 2018.

 

(4) George F. Kennan, « A fateful error », The New York Times, 5 février 1997.

 

(5) Isabelle Facon, « La Russie et l’Occident : un éloignement grandissant au cœur d’un ordre international polycentrique », Regards de l’Observatoire franco-russe, L’Observatoire, Moscou, 2019.

 

(6) Déclaration du premier ministre polonais Mateusz Morawiecki, conférence de presse à Bruxelles, 25 juin 2021.